Trailer ARTE Concert

Trailer ARTE Concert

Mercredi 22 janvier à 00h00

Tragédiennes : Héroïnes Romantiques par les Talens Lyriques

Créé en 1991 par Christophe Rousset d’après le sous-titre d’un Opéra de Rameau (les Fêtes d’Hébé, 1739), l’ensemble instrumental et vocal Les Talens Lyriques s’intéresse prioritairement au répertoire du XVIIIe, mais pas seulement, comme nous allons le voir. Nées de la passion de Christophe Rousset pour l’art lyrique, et de sa volonté de traiter sur un même plan les instruments et la voix, les Talens Lyriques s’attachent également à ne pas dissocier l’interprétation musicale de la mise en scène.

 

Ce troisième volet de la série des Tragédiennes met à l’honneur les Héroïnes romantiques, sur une séquence temporelle qui s’étale du règne du Louis XVI à la fin du XVIIIe (avec Gluck, Salieri et Gossec) à la Troisième République (avec Verdi) en passant pas le premier empire (Méhul et Kreutzer) et la Monarchie de Juillet (Meyerbeer).

 

Mais l’Héroïne Romantique, ici, c’est avant tout Véronique Gens. Après avoir dominé la scène baroque, et explosé dans le répertoire mozartien, la double Chevalière (Arts et Lettres et Légion d’Honneur) multi récompensée s’affirme dans tout le caractère protéiforme de son interprétation.

 

Programme :

 

Etienne-Nicolas Méhul (1763-1817)

Ariodant (1799 )- Mélodrame et Air d’Ina : « Eh ! Qu'ai-je à craindre ? » « Mais que dis-je ? »

 

Etienne-Nicolas Méhul (1763-1817)

Stratonice (1792) - Ouverture 5'40

 

Christoph Willibald Gluck (1714-1787)

Iphigénie en Tauride (1779) - Récit et Air d’Iphigénie : « Non, cet affreux devoir » et « Je t’implore et je tremble »

 

Antonio Salieri (1750-1825)

Les Danaïdes (1784) - Ouverture

 

François-Joseph Gossec (1734-1829)

Thésée (1782) Récit et Air de Médée : « Ah faut-il me venger » et « Ma rivale triomphe »


Rodolphe Kreutzer (1766-1831)

Astyanax (1801) - Récit et Air d’Andromaque : « Ah, ces perfides » et « Dieux à qui recourir »

 

 

Giacomo Meyerbeer (1791-1864)

Le Prophète (1849) Air de Fidès : « Ah ! mon fils »

 

Hector Berlioz (1803-1869)

Les Troyens (1858)

Entrée des Constructeurs

Entrée des Matelots

Entrée des Laboureurs

 

Hector Berlioz (1803-1869)

Les Troyens (1858)

Monologue et Air de Didon : « Ah ! Je vais mourir » et « Adieu, fière cité »

 

Luigi Cherubini (1760-1842)

Médée (1797) - Ouverture

 

Giuseppe Verdi (1813-1901)

Don Carlos (1867) - Air d'Elisabeth : « Toi qui sus le néant des grandeurs »

 

Camille Saint-Saëns (1835-1921)

Henri VIII (1883) - Air de Catherine d’Aragon : « Ô cruel souvenir »

 

Photo © Marc Ribes 2009. Virgin Classics