Trailer ARTE Concert / droits expirés
Trailer ARTE Concert / droits expirés Trailer ARTE Concert / droits expirés Trailer ARTE Concert / droits expirés

L'Orchestre National de France interprète Kaija Saariaho au festival Présences

Pour cette nouvelle édition, le festival Présences explore de nouveaux horizons musicaux et met à l’honneur le travail de la grande compositrice finlandaise Kaija Saariaho. Un travail qui s’inscrit au sein de l’esthétique spectrale et dont la reconnaissance dépasse aujourd’hui les frontières de l’Europe.

Au fil de cette soirée se succèdent ainsi deux œuvres de la compositrice : la fresque symphonique Orion ainsi que sa toute dernière oeuvre vocale, True Fire -en toute première audition en France. Ces deux œuvres sont interprétées par l’Orchestre National de France sous la direction de l’estonien Olari Elts. L’orchestre étant accompagné, dans son interprétation de True Fire, par le baryton américain Davóne Tines.

À ces deux œuvres s’ajoute l’écriture délicatement ciselée de Helena Tulve dont sera joué l'Extinction des choses vues. Enfin, Ondřej Adámek complète l’affiche avec Polednice*, une autre fresque symphonique pleine de curiosité et d’originalité dans laquelle le Chœur de Radio France et les percussionnistes sont invités à jouer avec des jouets ou encore de la vaisselle.

Programme :
Ondřej Adámek Polednice, pour choeur et orchestre
Kaija Saariaho True Fire, pour baryton et orchestre
Helena Tulve Extinction des choses vues, pour orchestre
Kaija Saariaho Orion, pour orchestre

 

*Polednice étant une oeuvre tchèque, voici sa traduction en français : 

Près du banc se tenait un enfant,
Qui criait à pleine gorge;
« Peux-tu te calmer un peu ?
Tais-toi donc, gitan! »
Il est alors midi,
Le père rentre du travail :
« Mon feu s’est éteint
A cause de toi, poison!
Chut ! Voici ton soldat et ta petite voiture -
Joue ! – et ton petit coq ! »
Bing, bang ! le coq, le soldat et la voiture
Sont jetés dans un coin.
Et les cris affreux recommencent—
« Quelle guêpe te pique!
Calme-toi , vilain,
Ou j’appelle la sorcière de midi ! »
Viens donc, sorcière de midi
Viens et prends-le, ce poison! »—
Et voici que dans la serrure de la porte,
Quelqu’un tourne doucement la clef.
Petite, brune, un visage étrange
Un fichu sur la tête;
Des béquilles, jambes torses,
Une voix de tempête!

« Donne l’enfant ! » - « Seigneur Jésus !
Pardonne-moi mes péchés ! »
C’est un miracle que la mère soit en vie,
Car voici la sorcière de midi!
Elle s’approche doucement de la table,
Comme une ombre:
La mère effrayée respire à peine,
Elle agrippe l’enfant dans son giron.
Elle se tourne, regarde en arrière—
Malheur, malheur à l’enfant!
La sorcière de midi s’approche
Plus près—c’est trop tard!
Elle tend la main vers lui—
La mère resserre les bras:
« Par les souffrances du Christ » !
Elle perd connaissance.
Ecoute: un, deux, trois
La cloche de midi sonne ;
La poignée tourne, la porte s’ouvre -
Le père entre.
Evanouie la mère gît,
L’enfant serré sur son sein;
A grand-peine il a réveillé la mère,
Mais l’enfant- a été étouffé.

 

Ce concert est enregistré et diffusé en binaural. Avec une écoute au casque, vous profiterez de sensations d'immersion au cœur de la musique. ​

Photo © Marco Borggreve

  • Direction musicale : Olari Elts
  • Direction de chœur : Martina Batič
  • Chant : Davóne Tines
  • Choeur : Chœur de Radio France
  • Orchestre : Orchestre National de France
  • Producteur/-trice : CLC
  • Soliste : Thomas Ospital