Trailer ARTE Concert

Trailer ARTE Concert

Mercredi 9 juillet à 15h30

Labo Rock &Co : Hannah

People in the Mirror Are Closer Than They Appear. Une histoire de fantômes, donc. De route, de gens qui l'ont peuplée et dont la présence irradie encore longtemps après leur départ. Si les textes de ce premier album semblent tous hantés par les spectres du passé ou de l'idéal fantasmé, la musique d'Hannah, elle, regarde droit devant.

 

Saisissant l'énergie brute de sa formule scénique élémentaire (guitare-batterie), le duo s'est autorisé en studio le péché de gourmandise : un piano hors du temps ici, un trombone funeste là, une chorale amicale pour panser les plaies… Une pâte sonore sans cesse retravaillée, dans un grand écart permanent entre deux questions existentielles : qu'aurait fait Steve Albini ? Qu'auraient fait les Flaming Lips ? Deux horizons stylistiques diamétralement opposés, mais finalement pas sans point commun, qui traduisent bien l'hédonisme du groupe. Son envie de mêler âpreté rock et sophistication pop, puissance terrienne et mélodies célestes, dans des chansons dont on oublierait presque le squelette folk.

 

Abreuvée de cinéma — celui de Terrence Malick, James Gray ou Jean-Pierre Léaud —, la musique d'HANNAH voit se télescoper les images, les histoires, les personnages et croit en l'adage selon lequel l'infiniment intime confine à l'universel.

 

Parfois rapproché de Grizzly Bear ou MGMT (la faute à une reprise velvetienne de Time to Pretend), le duo n'est pas sans rappeler — par le songwriting décomplexé, le patronyme trompeur ou même la météo — les Californiens de Girls, avec qui ils ont partagé la scène du Midi Festival à l'automne dernier. Proches de M83 (pour qui Laurent tint la rythmique en 2009), ils en ont assuré la première partie à la Gaîté Lyrique en novembre 2011, avant un passage aux Transmusicales de Rennes.

 

Nerveuse et apaisée, ouverte et retenue, à la fois lyrique et de chambre, la musique des Niçois semble en équilibre sur une ligne de partage, en miroir, tel ce palindrome qui lui sert de nom et qu'elle porte finalement à merveille.