Trailer ARTE Concert

Trailer ARTE Concert

Mercredi 9 juillet à 15h30

Jean-Claude Casadesus et l’Orchestre national de Lille rendent hommage à Claude Debussy

Nous fêtons cette année les 150 ans de la naissance de Claude Debussy. Vu comme un anti conformiste et un iconoclaste, il appartient aujourd’hui incontestablement au panthéon de la musique classique. Ne serait-ce que pour ce qu’il a légué à la musique du XXe siècle.

 

Le Prélude à l’après-midi d’un faune est, avec La Mer, la plus jouée des œuvres de Debussy. Musique onirique, elle se veut une « illustration très libre du beau poème de Stéphane Mallarmé » Debussy la désigne comme la mise en place de « décors successifs à travers lesquels se meuvent les désirs et les rêves du Faune dans la chaleur de cet après-midi. Puis, las de poursuivre la fuite peureuse des nymphes et des naïades, il se laisse aller au sommeil enivrant, rempli de songes enfin réalisés, de possession totale dans l’universelle nature. » Elle marque surtout le commencement de ce qu’on appelera la musique moderne.

 

Les Nocturnes auraient été inspirés à Debussy par le peintre Whistler. Non pour l’obscurité implicite que véhicule le terme, mais au contraire pour « tout ce que ce mot contient d’impressions et de lumières spéciales (…) Nuages : c’est l’aspect immuable du ciel avec la marche lente et mélancolique des nuages, finissant dans une agonie grise, doucement teintée de blanc. Fêtes : c’est le mouvement, le rythme dansant de l’atmosphère avec des éclats de lumière brusque, c’est aussi l’épisode d’un cortège (vision éblouissante et chimérique) passant à travers la fête, se confondant en elle. Sirènes : c’est la mer et son rythme innombrable, puis, parmi les vagues argentées de lune, s’entend, rit et passe le chant mystérieux des sirènes. »

 

Les changements de décors, pendant la représentation de Pelléas et Melisande, n’avaient pas été initialement prévus par Debussy. Il dut s’en accomoder et composer ainsi de longs interludes orchestraux. Marius Constant a ainsi compressé l’opéra en une sorte de « best of ». Une version rarement jouée et dont Jean-Claude Casadesus est l’un des interprètes de référence.

 

Et pour finir, La Mer. Qui est certainement, de toutes les œuvres qu’il composa, celle qui est la plus représentative du génie de Debussy. La composition lui demanda près de trois ans. Symphonie aux titres évocateurs : « De l’aube à midi sur la mer », « Jeux de vagues » et « Dialogue du vent et de la mer ». Mal accueillie lors de sa création, en 1902, La Mer ne tarda pas à s’imposer comme l’un des chefs-d’œuvre de la musique de Claude Debussy, et de la musique tout court.

 

Photo © Olibac