Une Saison au

Théâtre de la Monnaie

Une série de nouvelles productions haut de gamme à découvrir !

Plusieurs opéras à voir au fil de l'année

Nous vous proposons de vivre une saison du Théâtre de la Monnaie et ainsi de découvrir un large choix d'opéras. Installez-vous confortablement dans votre fauteuil et transposez-vous à Bruxelles le temps d'un spectacle ! Si vous manquez un des rendez-vous en direct, vous aurez la possibilité de les revoir ici pendant six mois.

Capriccio : Dans son ultime opéra, Capriccio, Richard Strauss réfléchit au genre opéra, et plus particulièrement à ce qui doit primer – la musique ou le texte ? Dans cette "Konversationsstück für Musik", le dilemme est représenté de façon métaphorique, avec le choix cornélien auquel fait face une comtesse au XVIIIe siècle : l’amour d’un compositeur ou celui d’un poète ?

Le Coq d’or : Pour son dernier opéra, Nikolaï Rimski-Korsakov met son génie d’orchestrateur au service d’une musique étincelante, volontiers orientaliste et qui caractérise somptueusement chaque personnage – une occasion en or pour Alain Altinoglu, qui dirigera son premier opéra en tant que directeur musical de la Monnaie.

Madama Butterfly : Le collectif artistique danois Hotel Pro Forma livre son interprétation de Madama Butterfly en mêlant l’Est et l’Ouest dans un rituel théâtral contemporain : le conte classique de Puccini devient une histoire de fantôme traditionnelle japonaise, combinant la structure narrative du théâtre nô et les marionnettes du Bunraku.

Foxie! La Petite Renarde Rusée : Pour cette œuvre pétillante qu’il a composée à 68 ans, Leoš Janáček s’est inspiré d’un « conte en images » sur les joies et les peines de la petite renarde Bystroushka, paru dans un journal de Brno en 1920. Mêlant la fantaisie et la réalité avec poésie à la manière de Shakespeare, ce « Songe d’une nuit d’été tchèque » est son opéra le plus joyeux et le plus juvénile. 

Aïda : Répondre à l’amour ou à l’appel du devoir ? Sur fond de guerre et d’exactions, Aïda met en scène un captivant triangle amoureux tendu entre la princesse égyptienne Amneris, le général Radamès et Aïda, une princesse éthiopienne déchue et réduite en esclavage. Le directeur artistique du Théâtre national de Grèce, Stathis Livathinos, réalise sa première mise en scène d’opéra.

 

Photo © Baus/ La Monnaie