Trailer ARTE Concert / droits expirés
Trailer ARTE Concert / droits expirés Trailer ARTE Concert / droits expirés Trailer ARTE Concert / droits expirés

Arctic Monkeys à L'Olympia (extraits)

Ça fait plus de 6 ans, désormais, qu’Arctic Monkeys confirme le titre de son premier album : Whatever People say I am, That’s what I am Not (quoi que les gens disent que je suis, c’est ce je ne suis pas). Arctic Monkeys a été, au milieu de la dernière décennie, le premier gros carton commercial à émerger du web, de la blogosphère, et de ce que l’on appelait jadis MySpace. Programmés pour n’être qu’un phénomène, les gamins (alors, la moyenne d’âge du groupe s’élevait à 19 ans) avaient déjà surpris avec un premier disque dans lequel l’énergie juvénile et la finesse d’écriture trouvaient un équilibre parfait. On pensait au Jam de Paul Weller pour la tension électrique frisant la brutalité comme pour l’évidence mélodique du tout. On évoquait les Morrissey ou The Streets pour qualifier le talent de chroniqueur urbain d’Alex Turner.

 

Puis le groupe a continué son petit bonhomme de chemin, affinant plus encore son écriture, ne s’essoufflant jamais. Tantôt jouant les fier-à-bras avec leur parrain Josh Homme (Queens Of The Stone Age) à l’époque d’Humbug, tantôt préférant la carte vintage, comme avec Suck It and See, dernier album publié cette année.

 

Photo © DDKKPP 

Tags: